La revue Ballast chronique «Nantes, ville révoltée»


Merci à la Revue Ballast pour cette belle chronique de notre livre


La revue Ballast chronique «Nantes, ville révoltée»

«Sous la couverture jaune comme les maillots du FC Nantes, le média Contre Attaque nous propose une virée effrénée dans les rues de Nantes, «ville révoltée», au gré d’une manifestation qui se transforme bien vite en émeute débordant les forces répressives, leurs canons à eaux, leurs barricades et leurs LBD.

Les façades de la ville sont repeintes de tags colorés. La joie festive des émeutiers gagne vite le lecteur. «Une madeleine de Proust saveur lacrymogène, sur les pas des révoltes nantaises d’hier et d’aujourd’hui.»

Celles-ci sont racontées par Claude, nonagénaire imaginaire qui a traversé le siècle et les luttes de Nantes, ville insoumise et indomptable, où Mai 68 a démarré en décembre 67 et débouché sur la Commune de Nantes, où George Courtois a mis la justice sur le banc des accusés, 357 magnum en main, où les grandes politiques d’aménagement public menées par les flics, les bureaucrates et les urbanistes se heurtent à la résistance, comme à Notre-Dames-des-Landes où le projet démentiel d’aéroport ne verra jamais le jour.

À l’heure où la macronie distord l’histoire pour réhabiliter les enfants de Pétain, il y a plus que jamais besoin de récits partagés pour cimenter nos luttes. Comme l’écrit le collectif, «il n’existe pas de révoltes hors-sol. On ne lutte jamais que depuis une expérience sensible, limitée, subjective. Il n’est pas de révolution qui ne soit pas le produit d’un territoire et des gens qui l’habitent. Pas de soulèvement sans liens, corps, histoire et récit collectif. [O]n ne part pas à l’assaut du futur sans le souffle des générations des révoltés qui nous ont précédées.»


Cette balade dans l’histoire révolutionnaire nantaise met ainsi en lumière l’importance de la convergence des luttes et des liens noués, notamment en 1968, entre travailleurs urbains, ruraux et étudiants. Les paysans ont ainsi maintes fois ravitaillé les travailleurs en grève. Un soutien capital pour tenir sur la durée. [L.]»


Le livre est à retrouver dans toutes les bonnes librairies et sur notre boutique

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *