Dans le pays nantais : une colonne de vélos contre l’extrême droite


Le 9 juin au soir a été un choc politique dans l’Ouest : alors que la Bretagne était une terre traditionnellement hostile à l’extrême droite, quasiment toutes les communes de campagne ont placé le RN en tête, comme dans le reste des territoires ruraux du pays.


Le clivage entre villes très majoritairement à gauche et campagnes, désertées par les services publics, privées de lieux de sociabilité et intoxiquées par les médias des milliardaires, semble d’une profondeur abyssale.

Pas question de baisser les bras. Plusieurs organisations, notamment paysannes et écologistes, ont lancé ce dimanche 23 juin un convoi antifasciste à vélo le long de la Loire, en passant par plusieurs communes rurales de Loire-Atlantique où l’extrême droite a réalisé une percée.

Vers 11h, une petite centaine de cyclistes partaient de Nantes, en musique, sous un grand soleil, sur de jolis sentiers serpentant le long du fleuve.

À chaque étape, des habitant.e.s des communes traversées rejoignaient le convoi. A chaque gare, une flopée d’affiches et de pochoirs apparaissaient contre l’extrême droite. Tout au long de la journée, des tracts ont été distribués pour montrer l’imposture du RN, sur fond de chansons antiracistes diffusées par plusieurs sonos. Arrivée dans la commune d’Oudon pour un pique-nique, cette joyeuse «vélorution» comptait plus de 150 personnes. Après une nouvelle étape et 40 kilomètres de route, le défilé s’est terminé à Ancenis, dans un cadre magnifique, autour de boissons fournies par la Confédération Paysanne.

Cette ballade revendicative a eu plusieurs mérites : démontrer que l’antifascisme est partout chez lui, et qu’aucun territoire n’est perdu. Rencontrer des personnes vivant dans ces communes rurales, heureuses de cette initiative et de voir qu’elles ne sont pas seules. Affirmer une présence et des mots d’ordre trop souvent absents des campagnes. Construire, avec de nouvelles méthodes de manifestations, un front large de résistance au fascisme, comptant des syndicalistes, des paysan.ne.s, des étudiant.e.s…


En espérant que de telles initiatives se multiplient !


Photos : marf.streephoto et CA

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *