Chronique d’une France qui s’enfonce dans le fascisme


Un aperçu de l’explosion des actes et des paroles racistes en France, alors que les médias des milliardaires font tout pour donner le pouvoir à l’extrême droite.


Chronique d'une France qui s'enfonce dans le fascisme

«Bougnoule» : un raciste tente d’écraser un chauffeur de bus

25 juin à Thiais, dans le Val-de-Marne. Un chauffeur de bus scolaire non-blanc est victime de menaces de mort, d’insultes et d’une tentative de meurtre de la part d’un automobiliste raciste. Ce dernier refusait de partir d’une place réservée aux bus scolaires devant une école maternelle, alors que le chauffeur devait garer son bus sur cette place. C’était à 8H30, à l’heure du début de l’école.

L’automobiliste a alors tenu ces propos : “J’en ai marre des gens comme vous, bougnoules et renois, moi je vote RN, je vais te tuer, je vais te massacrer, je vais vous éradiquer.”

Puis il est remonté dans sa voiture avant de percuter délibérément le chauffeur de bus au niveau des jambes. Victime d’une tentative d’homicide, il a été hospitalisé, heureusement, ses blessures ne sont pas graves.

Le chauffard d’extrême droite a pris la fuite et n’a pour l’heure pas été identifié expliquent les autorités. Visiblement, cette fois ci, la police n’a pas organisé de course poursuite et ne lui a pas tiré dessus, comme elle le fait d’habitude pour des délits routiers mineurs dans les quartiers.

Dunkerque : de l’eau empoisonnée pour empêcher les réfugiés de boire

C’est l’association d’aide aux migrants Utopia 56 qui révèle ce scandale, photo à l’appui, le 18 juin. «Près de Dunkerque, un liquide chimique a été mélangé à l’eau destinée aux centaines de personnes sans-abri. Cette eau, fournie quotidiennement par une organisation citoyenne, est utilisée pour boire, cuisiner et se laver. Une plainte va être déposée.» On y voit sortir du robinet sensé verser de l’eau, un liquide bleu vif artificiel, signe que le contenu du récipient a été empoisonné.

Cette pratique inhumaine n’est malheureusement pas nouvelle. Des CRS ont été accusés d’avoir mis du gaz lacrymogène dans les récipients d’eau lors d’expulsion de camps de migrants à Calais. Et dans la même ville en 2023, des rochers ont été déposés par les services de la mairie pour empêcher les réfugié-es d’installer leurs tentes et d’accéder au point de distribution d’eau du centre-ville.

«Tu es marron» : une fillette tabassée, la direction de l’école indifférente

Dans une école de Marseille, une jeune fille, en CM1, a été «hospitalisée pour un traumatisme crânien sévère avec perte de connaissance initiale et un syndrome de stress aigu». Elle a été «massacrée», selon les mots de sa mère, rouée de coups, de pieds et de poings en pleine cour d’école par 5 élèves qui la harcelaient.

En cause, un élève qui la harcèle depuis des mois : «Tous les jours, il lui dit ‘tu es grosse’, ‘tu es marron’, il lui tire les cheveux». Suite aux plaintes de la maman, la direction a répondu que parler de «harcèlement» était un «grand mot».

La fillette a passé une semaine à l’hôpital et est aujourd’hui «murée dans le silence», «son frère a été témoin de la scène, il est resté traumatisé». Une carte de soutien qui était destinée à la fillette a été dégradée par certains camarades de classe. La mère s’étonne de l’attitude de la direction de l’école, qui semble vouloir étouffer l’affaire. Elle hésite à déménager.

Les chaînes d’info en continu n’ont pas monté en épingle cette acte d’ultra-violence agrémenté de propos sur la couleur de peau.

«Bonobo» : la raciste de Montargis travaillait au tribunal

La vidéo réalisée par France 2 a fait de tour du web. Dans le cadre d’un reportage sur le RN, on découvrait une aide-soignante noire prénommée Divine et vivant à Montargis, voisine d’une maison recouverte d’affiches du RN, et racontant être victime d’insultes racistes de la part de ses voisins. Elle expliquait notamment avoir été traitée de «bonobo».

Il s’avère que les voisins en question étaient tellement décomplexés qu’ils sont sortis insulter leur voisine devant les caméras, pendant le reportage ! On les voit donc aboyer sur Divine : «On est chez nous, on fait ce qu’on veut… va à la niche».

Le procureur de Montargis a annoncé l’ouverture d’une enquête, mais a demande le «dépaysement» de l’affaire, c’est à dire que l’enquête soit confiée à un autre tribunal. Pourquoi ? Parce que, révèle la presse, la raciste travaille justement… au tribunal de Montargis !

Voilà le genre de personne qu’on retrouve même dans la justice, à gérer les dossiers. Imaginez une affaire qui mettrait en cause une personne non-blanche dans les mains d’une fonctionnaire dont le racisme est totalement débridé.

Des journalistes maghrébins harcelés

Deux journalistes français d’origine maghrébine ont fait savoir qu’il subissent des campagnes racistes ces derniers jours.

Le journaliste de C à vous sur France 5, Mohamed Bouhafsi, a révélé les messages haineux dont il est victime sur Internet en les publiant dans sa propre story Instagram. «Les maghrébins et africains ne vont jamais s’intégrer chez nous», «Bientôt c’est la fin de la France pour les b*******es comme toi!», «sale arabe», «racaille», a montré le journaliste.

Le présentateur de C ce soir Karim Rissouli a lui aussi reçu une lettre raciste envoyée directement à son domicile, dont il a lu le contenu sur les réseaux pour «qu’on se souvienne collectivement que le racisme c’est pas une opinion, c’est un délit».

«Franchement Karim, tu n’as pas compris le vote du 9 juin. Ce n’est pas le pouvoir d’achat, ce n’est pas la retraite à 60 ans, ce n’est pas la privatisation de Radio France, la seule et unique raison fondamentale du vote RN, c’est que le peuple français historique en a plein le cul de tous ces bicots, le reste c’est du bla-bla. Le “Souchien” [Français de souche] ne t’acceptera jamais, ni toi, ni tes frérots, et même malgré le nombre vous ne posséderez jamais la France». il dit recevoir «régulièrement» des insultes et des menaces de mort sur les réseaux sociaux.

Villefranche : un ex-gendarme impliqué dans une attaque raciste

Mardi 4 juin, quatre personnes d’une cinquantaine d’années ont été jugées par le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône pour avoir proféré des injures racistes et agressé un groupe de jeunes en raison de leurs origines. Manque de chance, l’une des victimes est un champion de boxe.

Les quatre personnes avaient d’abord uriné sur un kebab, puis proféré des injures racistes et agressé trois jeunes hommes d’origine Maghrébine. Le champion d’art martial qui se trouvait sur place a riposté et neutralisé le groupe, qui a été remis aux policiers. Parmi les raciste se trouvait… un ancien gendarme. Celui ci à d’ailleurs sorti sa plaque de gendarme réserviste lors de l’agression, pour intimider ses victimes.

Les racistes ont écopé d’une amende et d’un stage de citoyenneté, l’ancien gendarme de 6 mois de prison.

Des policiers tabassent un SDF en proférant des propos racistes

Mardi 25 juin, des policiers du commissariat d’Angoulême passaient en procès. Ils avaient arrêté un SDF et l’avaient violenté en pensant que leur caméra piéton ne filmait plus.

Sur les images, on voit le SDF leur demander : «Y a pas de caméras, vous allez me frapper?». Réponse d’un des agents : «Bien sûr on va te frapper, nous on n’aime pas les bougnoules.» L’autre lui dit : «Si ça te plaît pas, t’as qu’à retourner dans ton bled de merde.» Cette affaire de violence raciste quotidienne de la police n’aurait jamais dû être connue : c’est l’exploitation des caméras piétons dans le cadre d’une autre enquête qui a provoqué, par hasard, la découverte de ces injures. 6 mois de sursis ont été requis.


Ce ne sont ici que quelques affaires qui donnent une illustration de ce qui est en train de se passer. Par ailleurs, le nombre d’agressions commises sur tout le territoire contre des militant.e.s qui distribuent des tracts pour le Front Populaire explosent. Nous vivons la campagne la plus sale de l’histoire récente, dans un climat politique crépusculaire. Personne ne pourra dire qu’il ne savait pas.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Chronique d’une France qui s’enfonce dans le fascisme »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *