La violence des riches : illustration


S’il fallait un exemple du mal qu’ont causé les riches boomers à la société française, il s’appellerait Jean-Marc Sylvestre.


Cet homme né en 1946 est l’incarnation du vieux privilégié ultra-libéral, qui a bénéficié de l’État-providence mais qui a tout fait pour le dynamiter et laisser aux générations suivantes un monde de concurrence et de violence capitaliste.

Jean-Marc Sylvestre a passé sa vie à diffuser son idéologie dans les médias. Depuis les années 1970, il a contribué à des magazines, animé des émissions économiques sur La Cinq, sur France 3, sur TF1, où il a été chef du service «économique et social», sur LCI, puis sur I-Télé…

Jean-Marc Sylvestre a aussi été payé par le service public en tant que «chroniqueur économique» chez France Inter. Il s’est trompé à peu près sur tout en économie, vantant le modèle néolibéral qui a provoqué une crise majeure en 2008 et qui dévaste encore la planète, mais peu importe : ce sont des Jean-Marc Sylvestre qui monopolisent les médias depuis 50 ans. Il a aussi été décoré comme «officier de la Légion d’honneur» en 2004 par Sarkozy.

Jean-Marc Sylvestre a aussi commis plusieurs ouvrages, notamment un livre intitulé «Tout va bien (ou presque)» en 2013, alors que la précarité explosait, et «Tout n’est pas foutu ! : le cancer a sauvé ma libido» en 2021. Car Jean-Marc Sylvestre est ultra-libéral, mais il a sans doute été bien content de bénéficier de soins sans avoir à s’endetter.

Sur Cnews, Jean-Marc Sylvestre estime en 2020 : «Je crois que l’idée de conditionner des aides sociales au respect d’un certain nombre de règles de la société ce n’est pas une idée qu’il faut balayer». Régulièrement, chez Bolloré, il s’insurge contre les ZAD, l’écologie ou les manifestations.

Il y a quelques mois, Jean-Marc Sylvestre déclarait toucher 9.000€ de retraite par mois. Vous avez bien lu : 9.000€. Le métier d’éditorialiste de plateau paie bien, et l’État social est généreux, pour un homme qui appelle à casser le système de retraites.

Le même Jean-Marc Sylvestre arpente ces derniers jours les plateaux télé pour dire tout le mal qu’il pense de l’augmentation du SMIC. Il estime que le Front Populaire est «fou» de vouloir le monter à 1600€ pour compenser l’inflation.

Une retraite de parasite à 9.000€ : insuffisante pour lui, mais un salaire minimum décent pour les travailleurs, en revanche, est inacceptable. Voilà l’ensauvagement de la bourgeoisie. Voilà la vision du monde des riches qui livrent désormais le pouvoir à l’extrême droite.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *