PRIORITÉS MÉDIATIQUES


Intoxication idéologique


Ces derniers jours :

➡️ Des policiers ont mitraillé avec leurs armes à feu une voiture parce qu’un passager n’avait pas mis sa ceinture. Une passagère qui n’avait aucun autre tort que d’être là a reçu une balle dans la tête et est morte le lendemain. Cette affaire gravissime s’inscrit sur fond d’explosion des tirs dans la police française, avec 4 morts ces 4 derniers mois pour «refus d’obtempérer». Les médias n’en ont quasiment pas parlé, ou alors pour salir les victimes, en insinuant que les personnes tuées et blessées l’ont mérité et en exhibant leur casier judiciaire.

➡️ Un arsenal de guerre a été retrouvé chez des néo-nazis en Alsace. Des explosifs, 120 000 munitions, des fusils d’assaut. Deux jours plus tard, un jeune néo-nazi était arrêté alors qu’il préparait un crime de masse. L’extrême droite se prépare à la guerre. En mars et en avril, deux militants d’extrême droite ont tué par balle deux hommes en plein Paris. À chaque fois, les médias n’en ont quasiment pas parlé, et la classe politique a regardé ailleurs.

➡️ Depuis une semaine, sur les chaînes de télévision, une «polémique» est montée de toutes pièces autour de prétendues «tenues islamiques» qui seraient portées par les jeunes. En cause, des robes amples et des qamis, un vêtement long musulman. Une énième surenchère islamophobe à quelques jours des élections législatives. Les chaînes diffusent des reportages délirants, les habituels chroniqueurs d’extrême droite postillonnent sur les plateaux. Et juste avant, c’était le «burkini» qui monopolisait les mêmes antennes.

La France est gravement malade de ses médias. Une poignée de milliardaires possède la quasi-totalité des chaînes de télés et des journaux, et imposent dans le débat public des thématiques racistes, sécuritaires, et le dogme ultralibéral. On peut hausser les épaules, mais ce conditionnement idéologique rentre dans des dizaines de millions de foyers tous les jours. Pour l’écrasante majorité de la population, des questions comme l’impunité policière, la stigmatisation des minorités ou la montée des violences fascistes ne sont jamais posées. Il ne pourra y avoir de changement de fond tant que ces médias toxiques n’auront pas été mis hors d’état de nuire.

Éteignez vos télés, soutenez les médias indépendants, parlez autour de vous pour désintoxiquer votre entourage.