đŸ“ș Le profil des trolls d’extrĂȘme droite enfin dĂ©voilĂ© đŸ“ș


Vous vous ĂȘtes souvent demandĂ© qui Ă©taient les trolls racistes, sexistes, fascistes qui pullulent sur internet ? Qui prend plaisir Ă  appeler Ă  tuer les manifestants, les musulmans, les profs ? Qui est assez mauvais, stupide et haineux pour publier ce genre de commentaires ? Un procĂšs au tribunal de Paris a donnĂ© un bon dĂ©but de rĂ©ponse : des retraitĂ©s intoxiquĂ©s par CNews.


«Je vais tenter de parler bien fort» annonce le prĂ©sident du tribunal de Paris au dĂ©but du procĂšs, face aux personnes, la plupart ĂągĂ©es de plus de 70 ans, qui comparaissent. Un article de MĂ©diapart offre un compte rendu d’audience Ă©difiant, avec des retraitĂ©s isolĂ©s, qui utilisent leurs claviers pour publier des menaces de viol et de mort, des insultes et des propos racistes trĂšs violents.

L’affaire concernĂ©e est une polĂ©mique lancĂ©e par les mĂ©dias des milliardaires en mars 2021. CNews et BFM font alors les gros titres sur une controverse Ă  Science Po Grenoble. Une enseignante y avait organisĂ© une journĂ©e de dĂ©bats nommĂ©e «Racisme, antisĂ©mitisme et islamophobie» dans le cadre d’une «semaine pour l’égalitĂ© et la lutte contre les discriminations». Dans ce cadre, un autre enseignant avait refusĂ© l’usage du terme «islamophobie». Ce dernier est connu pour «fustiger les musulmans et hiĂ©rarchiser les religions en disant prĂ©fĂ©rer le christianisme». À l’Ă©poque, ce professeur Ă©tait dĂ©noncĂ© par les Ă©tudiants, qui avaient collĂ© des affiches l’accusant d’islamophobie.

Il n’en fallait pas plus pour que les habituels chiens de garde s’excitent et tournent en boucle sur la «cancel culture», «l’islamogauchisme dans les universitĂ©s» et autres dĂ©lires fabriquĂ©s par les mĂ©dias dominants. Pascal Praud et Caroline Fourest avaient accusĂ© Ă  tort une enseignante d’avoir dĂ©noncĂ© le professeure visĂ© par les affiches. À l’antenne, le nom de cette enseignante Ă©tait livrĂ© en pĂąture par le chroniqueur de Cnews, qui l’accusait d’ĂȘtre «une militante» pratiquant le «terrorisme intellectuel». Quant Ă  Fourrest, elle avançait que la professeure avait «excitĂ© les Ă©tudiants». Il a depuis Ă©tĂ© prouvĂ© que tout est entiĂšrement faux et que cette professeure n’avait rien fait de cela et avait Ă©tĂ© diffamĂ©e. Mais le mal Ă©tait fait.

La directrice de recherches recevait immĂ©diatement des centaines de messages d’insultes et de menaces de mort. Un flot de haine raciste et sexistes, postĂ©s par des seniors :

  • Jacques L., 79 ans : «Quand ils la violent elle aura compris Ă  moi que ça lui plaise !! [
] DĂ©jĂ  pour la violer, il faut vraiment le vouloir beurk!!»
  • Alain B., 73 ans : «Qu’elle crĂšve le cul bourrĂ© de chiffon rouge et la gueul ouvert.»
  • Annick L., 73 ans : «Horrible nana!! Le caillou rasĂ© ! Pauvre tĂąche. Un jour viendra oĂč tu devras te repentir !»
  • Jean-Marie C., 60 ans : «Salope Ă  butté»
  • Dominique B., 74 ans : «Il faut lui trancher la gorge»
  • Wilfrid B, 65 ans : «A l’échafaud (
) Regardez la gueule de la bavure. A expĂ©dier au pays du Maghreb»
  • Christian D., 58 ans : «Pauvre conne ton tour viendra»
  • Ronan M., 56 ans : «Grosse connasse on va te butter»
  • Dominique V., 56 ans : «Il faut tondre cette collabo de merde.»
  • Etc


Au procĂšs, ces personnes ĂągĂ©es disent qu’elles ne se souviennent plus. Pourtant, lors de leurs arrestations, plusieurs avaient dĂ©clarĂ© leur haine contre les «islamo-gauchistes» et leur proximitĂ© avec Zemmour ou Le Pen. Annick, 73 ans, avait parlĂ© des «gens poignardĂ©s pour rien» et des «faits divers» qu’elle voyait : «franchement c’est horrible, toutes ces jeunes femmes qui se font tuer». Bref, les prĂ©venus sont des seniors rivĂ©s devant leurs tĂ©lĂ©s, intoxiquĂ©s par les horreurs et la dĂ©sinformation quotidienne de chaĂźnes en continu. D’ailleurs l’avocat d’un prĂ©venu dĂ©nonce Ă  l’audience la responsabilitĂ© des journalistes : «Mon client a pu se dire que Caroline Fourest, qui elle, est journaliste, a recoupĂ© ses sources avant de tweeter.» Pourtant, ni Pascal Praud ni Fourest ni les patrons de ces mĂ©dias semeurs de haine ne sont sur le banc des accusĂ©s. ImpunitĂ© totale.

VoilĂ  donc le profil mystĂ©rieux de ces milliers de trolls fascistes. Des personnes vulnĂ©rables, sĂ©niles, parfois sous curatelle, qui se font pourrir le cerveau par les chaĂźnes d’extrĂȘme droite. Ce pays bascule Ă  cause d’une poignĂ©e de milliardaires qui ont fait main basse sur l’information. Nous sommes beaucoup Ă  connaĂźtre un oncle, un grand-pĂšre, un ami d’ami ĂągĂ© ou des parents retraitĂ©s Ă  avoir vrillĂ© progressivement ces derniĂšres annĂ©es, Ă  force de regarder ces chaĂźnes. Parlons-leur, proposons-leur de sortir, aidons-les Ă  se dĂ©sintoxiquer. Et organisons-nous pour mettre hors d’Ă©tat de nuire BollorĂ© et ses amis.