Quand “la police fait son travail”, certains en meurent


Les leçons de Maître Laurent-Franck Liénard


Jeudi 13 avril au soir à Paris. Des vidéos prises par des passants montrent trois adolescents au sol, une voiture de police arrêtée à côté, sirène hurlante. Un scooter aussi est au sol. Une femme, qui filme la scène, s’écrie : «ils [les policiers] les ont percuté volontairement». Parmi les trois mineurs accidentés, une jeune fille de 17 ans est dans le coma, et un jeune de 14 ans est hospitalisé dans un état grave. Ils rentraient chez leurs parents sur un scooter de location quand la police les a percutés avant de retirer leur casque et de commencer à interroger l’un des mineurs, complètement choqué.

Depuis, le média StreetPress a révélé que :

➡️ Les ados ont été menacés avec une arme par les policiers dans la voiture.

➡️ Qu’avant de percuter le scooter, les policiers ont ouvert la portière pour faire chuter le scooter en mouvement.

➡️ L’un des jeunes a été placé en garde à vue durant son hospitalisation.

➡️ Les policiers ont extorqué une plainte d’une maman, en lui mentant et en l’incitant à porter plainte contre l’adolescente dans le coma, qui conduisait le scooter. Elle a retiré sa plainte après avoir eu connaissance des faits.

➡️ Les policiers ont menacé les témoins et les ont forcé à effacer les vidéos.

Et grâce aux images diffusées et à la médiatisation de l’affaire, les trois policiers ont été mis à pied et l’un d’entre eux est poursuivi, ce qui est rarissime.

Sur BFM TV, l’avocat du policier s’étonne : «il n’a fait que son travail». Maître Laurent-Franck Liénard, un avocat militant, lié à l’extrême droite, pro-armes et auteur d’un guide destiné aux forces de l’ordre pour se défendre lorsqu’elles ont tiré. Il a notamment défendu un gendarme ayant éborgné un enfant à Mayotte, un CRS ayant mutilé un syndicaliste à Paris, des policiers ayant tiré à balle réelle… Il est régulièrement invité dans les médias. Il a par exemple osé : «Les gendarmes à Sainte-Soline me disent qu’ils n’avaient jamais vu des bandes aussi guerrières […] face à une horde sauvage avec des haches c’est vraiment compliqué». Bref, le réel lui importe peu.

Mais Laurent-Franck Liénard dit une vérité : quand la police tue, mutile, éborgne, gaze, humilie, elle fait son travail.

C’est effectivement son rôle : maintenir un ordre injuste par la violence, en écrasant la jeunesse, les pauvres, les non-blancs, les contestataires. C’est son travail. Ce que Laurent-France Liénard nous dit, c’est qu’il n’y a pas de bonne police. Que la violence et le crime sont la tâche même de la police. Il faut donc abolir cette institution.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.