Les renseignements veulent évaluer le nombre d’enfants musulmans

La police française demande aux établissements scolaires des statistiques religieuses. Le 26 avril, une centaine d’établissements scolaires de Toulouse ont reçu un mail d’un commissariat de la ville :

«À la demande des services de renseignements et pour effectuer un bilan sur cette journée, nous vous sollicitons pour connaître le taux d’absentéisme le vendredi 21 avril, lors de la fête de l’Aïd. Merci de nous faire un retour rapidement…»

La plupart des établissements n’ont pas répondu. Les policiers auraient agi sous les directives du renseignement territorial, à la demande du ministère de l’Intérieur. Le journal La Dépêche évoque une directive nationale. Dans le département de l’Hérault, les renseignements territoriaux ont envoyé la même demande à des écoles maternelles, primaires, collèges et lycées :

«Nous sommes interrogés sur l’absentéisme scolaire au cours de la période du Ramadan. […] Aussi, je vous remercie de répondre à ces questions par retour de mail. Le Ramadan a-t-il eu un impact sur l’absentéisme ? Si oui, pouvez-vous estimer son augmentation».

Et ailleurs ?

À Toulouse, la plupart des établissements contactés sont en REP+, en zone prioritaire. Le syndicat Sud-Éducation 31-65 appelle à ne pas répondre à cette demande islamophobe. Une prof de Toulouse estime que la démarche est «une entorse au principe de laïcité» et parle de «fichage religieux». Mais certains établissements ont joué le jeu.

Établir des statistiques ethniques ou religieuses, voire ficher la population en fonction de sa foi, est une vieille obsessions de l’extrême droite. Lorsque la police tente d’évaluer le nombre d’enfants sur la base de leur pratique religieuse avec l’aide des services scolaires, quelle est la prochaine étape ?

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.