Nantes : plus de 2000 personnes à la marche pour la Palestine

Ce mardi 24 octobre, rendez-vous était donné à la préfecture par différents syndicats et associations de soutien à la Palestine. C’est la première manifestation autorisée à Nantes par la préfecture, et on voit tout de suite la différence. Contrairement aux rassemblements précédents, interdits par les autorités, les personnes peuvent exprimer leur solidarité envers la cause palestinienne sans qu’un dispositif policier étouffant ne vienne distribuer arbitrairement des amendes à la volée. Enfin, les pancartes sont autorisées. Enfin, les personnes horrifiées par la situation à Gaza peuvent chanter.

Dès 18h, malgré un temps froid et dégradé, plusieurs milliers de personnes se massent au pied du monument des 50 Otages. La manifestation s’élance sous une pluie battante. Des banderoles, pancartes et drapeaux palestiniens se mêlent aux parapluies. Les slogans dénonçant le massacre en cours à Gaza et le régime colonial israélien résonnent. À la croisée des trams, le camion syndical décide de se diriger vers Bouffay pour finir au miroir d’eau. Un parcours ridicule au vu de la situation catastrophique qui règne sur la bande de Gaza.

Après un petit moment de flottement, une nouvelle banderole est déployée, un mégaphone ressurgit. Les participant-es les plus motiv-ées repartent en cortège vers le centre-ville au son de “Palestine vivra, Palestine Vaincra”. Avec cette énergie retrouvée, la manifestation parvient à accéder aux artères bourgeoises, si souvent bunkerisées par les forces de l’ordre. Les places Royale et Graslin sont investies.

Peu à peu, l’étau policier se resserre sur les dernières grappes de manifestant-es. À commerce, la nasse se referme. C’est le moment de se disperser.

Une mobilisation qui en appelle d’autres. À Nantes où ailleurs, il est inconcevable de laisser l’État colonial israélien massacrer les Gazaoui-es dans l’indifférence générale.

Solidarité avec le peuple palestinien !


Images : Oli Mouazan

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *