Netanyahou confirme vouloir la disparition de la Palestine


«L’État d’Israël doit contrôler toute la zone, du fleuve à la mer» a déclaré le Premier Ministre fasciste d’Israël Benjamin Netanyahou lors d’une conférence de presse le 18 janvier.


Il a expliqué : «Nous ne nous satisferons pas de moins qu’une victoire totale», notamment «la démilitarisation de Gaza avec un contrôle sécuritaire d’Israël total et sur tout ce qui entre dedans». «Israël doit avoir le contrôle de la sécurité sur l’ensemble du territoire situé à l’ouest du Jourdain, du fleuve à la mer. Il s’agit d’une condition nécessaire, qui est incompatible avec l’idée de souveraineté [palestinienne]».

Les dirigeants occidentaux continuent de soutenir Israël tout en s’abritant derrière un souhait improbable de «solution à deux États» qui n’existera jamais. Pour qu’il y ait deux États, il faudrait qu’Israël cesse de massacrer le peuple de Gaza, rende les terres volées par les colons en Cisjordanie et laisse sa souveraineté au peuple palestinien sur ces territoires.

Le projet des fascistes israéliens est exactement l’inverse : annexer et contrôler tous le territoire de Gaza et de la Cisjordanie encore contrôlé par les palestiniens et soumettre ou éliminer sa population.

Il y a quelques jours, le même Benyamin Netanyahou prévenait ses propres alliés : «Personne ne nous arrêtera, ni La Haye, ni l’Axe du Mal, ni personne d’autre». Nos gouvernements soutiennent un fanatique suprémaciste et messianique qui applique un agenda religieux et génocidaire tout en leur crachant au visage. Un choix géopolitique irrationnel et criminel.

Mais revenons à l’idée d’un contrôle «du fleuve à la mer». L’expression n’est pas anodine. «Palestine libre de la mer au Jourdain», ou «From the river to the sea, Palestine will be free» en anglais, est un slogan utilisé depuis plus de 60 ans. Ce slogan réclame un seul État en Palestine, multiconfessionnel, où musulmans, juifs et chrétiens pourraient cohabiter avec l’égalité des droits. Netanyahou récupère donc cette formule pour en inverser le sens.

Le plus ironique, c’est que le slogan «du fleuve jusqu’à la mer» est condamné dans tout l’occident lorsqu’il est scandé pour la Palestine. En Angleterre, les manifestations utilisant ce mot d’ordre ont été accusée d’être «génocidaires» et «antisémites», les médias faisant croire, à tort, qu’il réclamait le départ les juifs du territoire.

En France également, le slogan a fait polémique, y compris à gauche. Aux USA, une élue américano-palestinienne du Congrès, Rashida Tlaib, a aussi été sanctionnée pour l’avoir utilisé, accusée de vouloir «la destruction d’Israël». En Allemagne, une organisation pro-palestinienne vient d’être dissoute pour avoir affiché ce slogan.

En d’autres termes, Netanyahou peut appeler à anéantir l’idée même d’un État palestinien et massacrer la population autochtone pendant que l’idée d’un État multiconfessionnel en Palestine est réprimée et censurée.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *