Les médias de Bolloré ont un problème avec la laïcité


Comment l’argent public aide les journaux du milliardaire à diffuser ses valeurs religieuses et réactionnaires pendant que les minorités religieuses sont stigmatisées


Bolloré, milliardaire d’extrême droite et fervent catholique, l’avait promis : «Je me sers de mes médias pour mener mon combat civilisationnel». Il tient ses engagements : son empire médiatique, allant de Cnews au Journal du Dimanche en passant par Paris Match et ses réseaux d’édition, diffusent quotidiennement dans des millions d’esprits les éléments de langage réactionnaires. Cette semaine, ses équipes se sont surpassées.

Paris Match

Paris Match fait sa Une sur les «mystères du Saint-Suaire», considéré comme un linge posé sur la face du Christ et qui aurait parfaitement imprimé les traits du visage du fils de Dieu. Il existe plusieurs exemplaires présentés comme le Saint-Suaire, qui se font concurrence, mais la couverture montre le suaire de Turin. On y voit le visage de Jésus en négatif et une plaie correspondant à son supplice. Les datations au carbone 14 ont démontré qu’il avait été créé au Moyen Âge, 13 siècles après la mort du Christ, et le Pape Jean-Paul II l’a qualifié «d’insulte à l’intelligence». Mais les catholiques les plus intégristes continuent de fantasmer sur ce tissu. L’équipe de Paris Match aussi.

Le JDD

Le Journal du Dimanche titre sur la fête de Pâques, avec la photo quasiment publicitaire d’une femme qui se fait baptiser et évoque les conversions d’adultes. La ligne religieuse, et même prosélyte, de l’hebdomadaire, confié aux proches de Bolloré, ne fait aucun doute.

Cnews

Sur Cnews, l’émission hallucinante «En quête d’esprit» est diffusée chaque dimanche. L’une d’elle avait pour thème l’IVG, et des propos inquiétants y ont été tenus : «Avorter, c’est contraire à la mission de la femme» ou encore «Ne le savez-vous pas ? Votre corps est le temple du Saint Esprit nous dit Saint-Paul» et «L’avortement est une blessure de l’âme». L’animateur a même annoncé que l’IVG serait «la première cause de mortalité dans le monde». Le 4 février dernier, «En quête d’Esprit» titrait : «religieux, tout donner pour le Christ». En octobre 2022, une émission était consacrée à la lutte contre «les forces du mal sous toutes leurs manifestations», avec un bandeau à l’écran : «ange et démon, le vrai combat». Du délire.


«Liberté d’expression» pourrait-on répondre, ou encore «Bolloré fait bien ce qu’il veut avec son argent». D’accord, sauf qu’il y a trois problèmes :


1 – Une indépendance très relative

Beaucoup de gens l’ignorent, mais les médias qui façonnent l’opinion n’ont rien d’indépendants. Ils touchent d’énormes subventions d’argent public, en plus de leurs recettes publicitaires. En France, 15 groupes privés se partagent 80% des aides à la presse. Avec 1,9 million d’euros, le JDD, racheté par Vincent Bolloré, était le 8e titre le plus aidé en fonction de sa diffusion, en 2021. En d’autres termes, ce journal dont l’équipe dirigeante est désormais composée de militants d’extrême droite, et qui par ailleurs professe une idéologie néolibérale hostile aux pauvres, est littéralement assistée. Et ses «journalistes» sont en partie payés par l’État, pour bafouer la laïcité.

2 – Un détournement de la foi chrétienne

Bolloré et ses amis ont oublié le message des Évangiles. Saint Luc prêchait contre les rois et les dominants de son temps : «Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles». Un renversement de l’ordre. «Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites» dit l’Évangile selon Saint Matthieu.

L’accueil de l’autre, de l’étranger, de celui qui est différent est non seulement un devoir mais une libération pour soi-même, tel est le message originel du christianisme. Le Pape dénonçait en septembre dernier les «nationalismes archaïques et belliqueux veulent faire disparaître les rêves de la communauté des nations» et rappelait : «Ceux qui se réfugient chez nous ne doivent pas être considérés comme un fardeau à porter». Autant dire que les idées prônant l’accueil et le partage sont aux antipodes de celles de l’extrême droite catholique française, qui d’ailleurs rejette le Pape et a oublié depuis longtemps le message des premiers chrétiens. Les apôtres seraient aujourd’hui traités de «wokistes» dans le JDD.

3 – Une laïcité au service du racisme

La «laïcité» dont on entend parler tous les jours pour dénoncer la minorité musulmane s’évapore comme par enchantement. Imaginez qu’un milliardaire musulman achète des médias d’importance nationale en déclarant qu’il les utilise pour son «combat civilisationnel», puis qu’il mette des cérémonies islamiques en couverture de ses journaux et des prêches dans ses émissions ? Impensable en France, ce pays «phare» de la laïcité, n’est-ce pas ?

C’est ce que Bolloré fait avec sa religion. C’est donc une hypocrisie totale, pas étonnant dans un pays où une (éphémère) Ministre de l’Éducation place ses enfants dans une école privée intégriste. Cela pourrait être simplement grotesque si, en parallèle, on n’interdisait pas aux joueurs de foot de jeûner pendant le Ramadan et si l’on n’expulsait pas les imams au moindre mot de travers.


Joyeuse Pâques, bon Ramadan, et paix pour toutes et tous.


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *