Mila : la star des médias devenue fasciste


Mila est un produit typique de l’époque : une adolescente harcelée devenue fasciste forcenée. Une influenceuse débutante propulsée star des médias par la magie de l’islamophobie.


Sa célébrité commence en janvier 2020. Âgée de 16 ans, Mila subit une vague de harcèlement sexiste sur sa page Instagram. Puis elle publie une story où elle déclare à propos des musulmans : «Votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul». Elle reçoit des menaces de mort et d’agression. Pour ces menaces, plusieurs personnes sont interpelées, lourdement condamnées, parfois à de la prison ferme. C’est une affaire de harcèlement en meute sexiste, comme on en voit malheureusement régulièrement. Dernièrement par exemple, contre des personnalités qui soutiennent la Palestine, ou qui ont le tort de ne pas être blanches.

Mais dans un pays obsédé par le racisme et les conflits identitaires, l’adolescente devient un produit médiatique. Elle est invitée à la télévision, interviewée dans la presse, le hashtag #JesuisMila envahit les réseaux.

La bande de propagandistes macronistes autour de Caroline Fourest lui organise un triomphe médiatique et politique, elle est soutenue par la clique de Valls, Naulleau et Enthoven, au nom d’une prétendue laïcité qui ne consiste plus qu’à taper sur les musulmans.

Quatre ans plus tard, Mila déclare dans une discussion en ligne : «Je veux absolument voir ça !» en riant, lorsqu’un Franco-Israélien lui propose de lui envoyer des photos «d’Arabes scotchés de la tête aux pieds accrochées à des feux rouges», après qu’un autre ait réclamé de «casser la bouche aux Arabes israéliens, même aux gentils».

Le 8 avril dernier, Mila était encore invitée par BFM sur le plateau d’Appoline de Malherbe, et revendiquait sa «haine». Elle avait aussi dit qu’elle n’avait jamais été désolée pour ses propos, et pose désormais avec le candidat du RN Jordan Bardella.

Extrême droite française et israélienne communient ensemble dans la haine des arabes et les désirs d’extermination, tout en utilisant la victimisation comme arme. La créature médiatique a échappé à ses maîtres. Mila suit la trajectoire logique du macronisme radicalisé : le fascisme.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Mila : la star des médias devenue fasciste »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *