Où sont les antisémites ?


«Antisémite !» L’accusation a été utilisée quotidiennement, à toutes les sauces, pour diffamer celles et ceux qui dénonçaient le génocide à Gaza et le gouvernement israélien. Une accusation répétée encore et encore et encore contre la gauche, la jeunesse immigrée et les mouvements anticolonialistes. Contre tout le monde, sauf contre les authentiques héritiers des nazis.


Joseph Martin fait partie des candidats antisémites du RN
  • Alors voici Joseph Martin, 70 ans. Joseph est candidat pour le Rassemblement National dans la première circonscription du Morbihan, celle de Vannes, aux prochaines élections législatives. Il bénéficie d’un bel article dans Ouest-France avec son suppléant, Adrien Villemin, responsable de la communication du RN dans le département. En 2018, entre différents appels à voter Le Pen et propos racistes, Joseph écrivait sur Twitter : «Le gaz a rendu justice aux victimes de la Shoah». Il s’est empressé de le supprimer ce 19 juin 2024, après avoir été découvert.
  • Frédéric Boccaletti, député RN dans le Var, déjà condamné pour violences avec arme après avoir utilisé un pistolet lors d’un collage d’affiches, est le fondateur d’une librairie niant la Shoah.
  • Dans le Doubs, le candidat du RN Thomas Lutz, qui est déjà conseiller régional, avait prononcé lors d’une assemblée plénière, l’expression allemande «untermensch» («sous-hommes»), utilisée par les nazis.
  • Marie-Christine Sorin, investie dans la première circonscription des Hautes-Pyrénées, affiche son racisme sur les réseaux sociaux : «Non toutes les civilisations ne se valent pas», écrit-elle sur Facebook le 11 janvier, ajoutant que certaines «sont juste restées au-dessous de la bestialité dans la chaîne de l’évolution».
  • Le candidat du RN au nord d’Orléans se nomme Jean Lin Lacapelle et c’est un proche de Marine Le Pen. Il est aussi ancien membre du GUD, un groupe néo-nazi violemment antisémite.

Et ce ne sont que quelques exemples. Depuis le mois d’octobre, la population français a été victime d’une intoxication gigantesque, d’un troll d’extrême droite à l’échelle d’un pays entier. Les pétainistes et les antisémites, avec le soutien total des médias de masse, se sont amusés à qualifier la gauche antifasciste et antiraciste d’antisémite. Par un retournement complètement fou, les héritiers de Pétain ont accusé les forces issues de la résistance d’être antisémites. Et le pire, c’est que ça a marché.

Quel média national parlera des candidats antisémites et néo-nazis du RN ? Quel média s’excusera d’avoir accusé la France Insoumise d’antisémitisme en passant sous silence l’antisémitisme bien réel de l’extrême droite ? Aucun. Alors faites-le savoir.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *