? Macronistes et lepénistes votent le maintien de l’ISF et la suppression de la redevance


Samedi 23 juillet à l’Assemblée, les députés Macronistes et Lepénistes ont encore fait deux cadeaux aux ultra-riches. Cette nouvelle coalition libérale-fasciste a voté le maintien de l’Impôt Sur la Fortune et la suppression de la redevance qui finance les médias publics.


? Maintien de l’ISF

Les députés NUPES ont proposé le rétablissement de l’ISF. La mesure a été rejetée comme un seul homme par les Macronistes et l’extrême droite. LREM et RN sont les meilleurs alliés dans la défense de l’ordre établi et du ruissellement pour les riches. Pour rappel, la suppression de l’ISF par Macron est une mesure purement idéologique en faveur des privilégiés. Il justifiait cela par un prétendu «ruissellement» qui devait bénéficier au reste de la population.

Faire un don à Contre Attaque

Sauf que cette fumisterie pour économiste libéral n’a jamais pu être prouvée dans les faits, et les résultats de Macron prouvent que c’est exactement l’inverse qui s’est produit. La somme que représentent les actions, obligations et immobilier a explosé ces dernières années. Elle représentait trois années de PIB en 1990, elle équivaut à 8 années aujourd’hui. Cette richesse est d’ailleurs très concentrée puisque les 10% les plus riches détiennent la moitié de ces actifs. Macron a donc mis en œuvre une captation sans précédent des richesses au profit des ultra-riches. Il est désormais soutenu dans cette entreprise par les élus du RN.

? Suppression de la redevance

C’était une revendication du pétainiste Eric Zemmour pendant la campagne. Supprimer la redevance pour accélérer la privatisation des médias publics, accusés d’être «de gauche». Pour Zemmour et ses amis, les médias qui n’appartiennent pas à Bolloré et qui ne diffusent pas en jet continu une propagande anxiogène, sécuritaire et raciste sont suspects. Cette demande est exaucée par les macronistes. Malgré l’opposition des syndicats et salariés des différents acteurs concernés, les députés ont adopté ce samedi, en première lecture, la disparition de la redevance qui finance France Télévisions, Radio France, France Médias Monde (RFI et France 24), l’INA et Arte.

Macron et son gouvernement prétendent que cette mesure va «soutenir les ménages». Encore un mensonge : il n’a qu’à augmenter les salaires. En réalité, c’est une étape supplémentaire vers la privatisation totale de l’audiovisuel français, déjà possédé dans sa grande majorité par une poignée de milliardaires. À nouveau sur cette mesure, LREM et l’extrême droite ont voté à l’unisson. Comme c’est le cas depuis la rentrée parlementaire. Ils partagent la même vision du monde et globalement les mêmes objectifs.