Pour commenter l’attaque néo-nazie : BFM invite 6 représentants d’extrême droite en quelques heures !

Dans la nuit de samedi à dimanche, 80 néo-nazis de toute la France organisaient une descente à Romans-Sur-Isère. En parallèle, des actions similaires avaient lieu dans de nombreuses villes : Paris, Grenoble, Lyon, Nantes… Lundi 27 novembre, pour commenter cette actualité, BFM n’a pas invité d’historiens ou d’antifascistes à même d’expliquer le phénomène. Non, elle a invité l’extrême droite responsable de cette attaque. Et pas juste une fois. Pas deux non plus. Non, six représentants de l’extrême droite en quelques heures :

➡️ 14h05 : «Ce n’est pas que l’ultradroite qui manifeste, c’est tous les Français» explique Gilbert Collard à l’antenne.

➡️ 14h45 : Stéphane Ravier, bras droit de Zemmour dit que l’attaque nazie c’est en fait la France qui en a «ultra-marre».

➡️ 18h37 : place au député RN Laurent Jacobelli, pluralité de l’extrême droite : il n’y a pas de raison de ne donner la parole qu’aux Zemmouristes.

➡️ 19h13 : BFM donne la parole à deux militants des groupes néofascistes «Furie Française» et «Patria Albiges», qui déroulent tranquillement leurs éléments de langage sur la «défense de l’occident» sans contradiction ni analyse.

➡️ 20h43 : Stanislas Rigault, troisième membre de Reconquête invité depuis le début de l’après-midi, dit : «Je ne condamnerai jamais des jeunes Français qui vont manifester pour s’opposer à l’insécurité».

La veille au soir, Eric Ciotti avait déjà été invité en prime time et avait «refusé de condamner» la descente néo-nazie, tout en déversant ses insultes et diffamations habituelles sur la gauche. Rappelez-vous qu’à chaque (rare) fois qu’un invité de gauche est invité, il est obligé de condamner la moindre manifestation, sous peine de déclencher une polémique nationale et un torrent d’attaques.

Des nazis passent à l’action, et la première chaine en continu de ce pays invite uniquement l’extrême droite pour justifier leur attaque. Les sièges réservés aux fascistes n’ont même pas le temps de refroidir entre chaque invités.

Pour commenter les délires gouvernementaux sur «l’ultra-gauche», BFM n’invite aucun invité de gauche. Au contraire, la droite et l’extrême droite sont généralement conviées pour «dénoncer» la soi-disant «violence» des luttes sociales. Mais pour commenter des attaques NAZIES : on invite à nouveau des invités d’extrême droite. C’est pratique. C’est de l’information en circuit court. Le siège de la chaîne a-t-elle des dortoirs réservés aux fascistes près du plateau pour qu’ils puissent commenter l’actualité sans avoir à se déplacer ?

Imaginons un monde parallèle où ce serait l’inverse : après la manifestation de Sainte-Soline ou après une manifestation émeutière contre le 49.3, une chaîne de télévision ferait le choix d’inviter pendant 24h des représentants du NPA, de LFI, les Soulèvements de la Terre et plusieurs groupes autonomes pour qu’ils puissent développer leur point de vue sans contradiction.

Inimaginable n’est-ce pas ? C’est le traitement offert pour l’extrême droite. Un choix éditorial évident.

Même avec un mental d’acier et un esprit critique solide, personne ne ressort indemne d’un tel bourrage de crâne.


Les mots, idées, visages de l’extrême droite sont partout, tout le temps


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Une réflexion au sujet de « Pour commenter l’attaque néo-nazie : BFM invite 6 représentants d’extrême droite en quelques heures ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *