Électricité : mégaprofits pour EDF, précarité énergétique pour la population


Les prix de l’électricité ont flambé de 44% en deux ans alors qu’EDF réalise des profits indécents


Comment appelle-t-on une entreprise qui réalise des mégaprofits mais qui continue d’augmenter ses tarifs ? Une bande de voleurs.

La guerre en Ukraine a décidément bon dos. Alors que les factures d’électricité ont explosé depuis 2022, l’entreprise EDF réalise l’an passé un bénéfice net de 10 milliards d’euros ! Un record absolu, dû notamment au «rebond de ses tarifs» explique la presse. Sur deux ans, l’électricité a augmenté de 44% pour les particuliers !

De la même manière, la grande distribution avait utilisé la guerre en Ukraine pour augmenter massivement ses marges sur la nourriture et réalise désormais des profits pharaoniques sur le dos des consommateurs, alors que ses coûts n’ont quasiment pas augmenté.

Ces profits d’EDF sont odieux mais aussi criminels : en 2022, «10% des Français» vivaient déjà «dans un ménage qui n’a pas les moyens financiers» de se chauffer, contre 5 à 7% entre 2014 et 2021. Et la forte augmentation des prix aggrave la situation. Des millions de personnes basculent dans la précarité énergétique, pour engraisser les bénéfices d’EDF, avec la complicité du gouvernement.

Car les prix ne flambent pas tout seuls, nous avons en France une institution chargée de fixer les prix de l’énergie. Et devinez qui est à sa tête ? Une proche de Macron, l’ancienne ministre Emmanuelle Wargon, qui fut aussi lobbyiste pour Danone. C’est elle qui a décidé d’une augmentation de 9,8% des prix de l’électricité en janvier 2024.

À quoi vont bien pouvoir servir ces 10 milliards de cash ? À augmenter les salaires des employés d’EDF ? À améliorer la prise en charge des clients ? À financer des projets écologiques ? Rien de tout ça ! Cet argent va être investi dans la fuite en avant nucléaire. Macron veut construire 6 nouveaux réacteurs EPR rapidement et 14 à moyen terme, mais aussi des mini-centrales nucléaires sur tout le territoire. Tout ça coûte un pognon de dingue.

La fuite en avant nucléaire est un désastre pour la transition écologique. Alors qu’il faut immédiatement mettre en œuvre des plans de réduction massifs des dépenses en énergie, favoriser les énergies renouvelables, sortir du productivisme, le nucléaire est une fausse solution.

Il s’agit de remplacer une énergie polluante, le pétrole, par une énergie dangereuse, le nucléaire, qui est d’ailleurs de plus en plus coûteuse, dépendante de l’uranium extrait en Russie, au Kazakhstan ou au Niger, et qui produit des déchets radioactifs pour des dizaines de milliers d’années !

Notons que le photovoltaïque allemand produit déjà plus d’électricité que l’ensemble du parc nucléaire français. Entre les nécessités de maintenance, des effets de corrosion qui n’étaient pas prévus, un certain nombre de centrales nucléaires françaises sont régulièrement à l’arrêt… Il y a des alternatives à la multiplication d’une industrie dont nous ne maîtrisons pas les déchets ni le démantèlement, sans parler des accidents réguliers dans les centrales françaises.

Pire : choisir le tout nucléaire, c’est retarder les choix qui doivent être pris maintenant. Une centrale met au moins 10 ans pour être construite, alors qu’il faut agir au plus vite. Le climat s’emballe déjà, qu’en sera-t-il en 2035 ? De plus, les fortes chaleurs et sécheresses obligeront à arrêter les centrales : il faut de l’eau en permanence pour refroidir les réacteurs, quand le cours des rivières baisse, il faut donc les arrêter en urgence. Ne parlons même pas d’une montée des eaux pour les centrales installées en bord de mer : un désastre possible. Le nucléaire n’est pas une solution au réchauffement climatique mais un danger supplémentaire. Une menace aggravée dans un contexte de guerre, comme on l’a vu en Ukraine.


Les français seront donc ravis d’apprendre que, plutôt que de baisser ses tarifs, EDF réalise des profits gigantesques sur leur dos pour alimenter des projets absurdes.


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *