Attal dépouille les chômeurs, et il s’en vante


– “Vous allez réveiller la colère sociale.”
– “Et alors ?”


Les millionnaires qui nous gouvernent continuent de nous dépouiller. Le 1er février 2023, la durée d’indemnisation des chômeurs avait été réduite de 25% par décret.

Il s’agit là d’un vol pur et simple : tous les travailleurs sont taxés, la richesse qu’ils produisent est prélevée par l’État pour, ensuite, leur permettre de toucher cet argent en cas de perte d’emploi. L’indemnisation chômage n’est pas un «cadeau» : c’est une restitution. Le travailleur paie une «cotisation» sur sa force de travail pour pouvoir avoir un peu de revenu quand il sera privé d’emploi. C’est du salaire différé. En baissant massivement – d’un quart ! – cette indemnisation sans aucune contrepartie, c’est tout simplement un braquage.

Mais Gabriel Attal, trentenaire millionnaire, héritier sans âme qui n’a jamais travaillé de sa vie, veut aller beaucoup plus loin. Dans une interview donnée au journal d’extrême droite le JDD, il estime que la baisse de 24 à 18 mois d’indemnisation pour les chômeurs est insuffisante.

«On est passé de 24 à 18 mois de durée d’indemnisation, on peut encore la réduire», menace-t-il. Le journal lui demande s’il est conscient de prendre le risque de «réveiller la colère sociale», Gabriel Attal répond : «Oui, et ?» Ces gens nous crachent dessus et disent qu’il pleut. Ils ricanent de notre faiblesse collective, au point de provoquer ouvertement la colère. Les macronistes ont volé un quart des allocations chômage l’an dernier sans encombre, pourquoi ne pas continuer ?

Attal va encore plus loin, puisque le JDD annonce «une éventuelle modulation des remboursements des frais de santé en fonction des revenus». C’est gravissime : cela veut dire que les plus précaires n’auront pas accès aux mêmes soins que les autres. C’est la fin de la sécurité sociale et l’officialisation d’une santé à deux vitesses. Et bientôt, plus de soin pour les pauvres ? Marche ou crève : une politique eugéniste assumée, profondément anti-sociale.

Pour Attal, le «modèle social» serait trop «coûteux». Contrairement aux milliards débloqués pour l’armement, le SNU, la guerre en Ukraine et l’ISF. Le plan de bataille est évident : ce sont toutes les protections sociales qu’il faut pulvériser. Le but est d’avoir une population d’esclaves obligés de trimer sans même pouvoir quitter un emploi horrible, puisqu’il n’y aura plus aucun filet de sécurité.

Et pendant que l’hôpital et l’école sont en ruines, que les allocations chômage fondent, que les services publics sont défaillants, il y a toujours autant de taxes et d’impôts. Alors où va cet argent ? Dans un pays ultra-libéral comme les USA, il n’y a pas de santé publique, mais aussi moins de taxes qu’en France. Ici, c’est simple, les macronistes organisent en fait un gigantesque transfert de fonds : l’argent volé aux chômeurs, à la santé et à l’éducation file en ligne directe vers l’armée, la police et les aides au patronat, sans compter les cabinets de conseil des amis d’enfance et le budget fleurs de l’Élysée.

En attendant, cette nouvelle attaque contre les chômeurs pourrait arriver «avant l’été». C’est donc un mouvement massif et déterminé contre le démantèlement méthodique de tout ce qui permet encore de ne pas sombrer dans le travail forcé de masse et la grande pauvreté pour des millions de personne qu’il faut imaginer. Et pourquoi pas, arrêter de payer pour un État qui n’est plus que répressif et patronal ?

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

2 réflexions au sujet de « Attal dépouille les chômeurs, et il s’en vante »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *