Israël : meeting et danses fascistes pour déporter la population de Gaza


Il y a quatre mois, c’était «complotiste» d’expliquer les projets génocidaires et coloniaux d’Israël sur Gaza. C’est à présent le projet assumé et revendiqué de la droite israélienne.


Le 28 janvier, des milliers de fascistes israéliens qui veulent une «réimplantation» dans la bande de Gaza, c’est-à-dire annexer le territoire palestinien pour y installer des colonies juives, ont tenu un grand meeting à Jérusalem afin de faire pression sur le Premier Ministre.

On trouvait dans ce meeting particulièrement indécent des membres du Likoud, le parti au pouvoir, et des ministres d’extrême droite comme Itamar Ben Gvir. Celui-ci a déclaré que «la retraite amène la guerre […] nous devons rentrer chez nous, contrôler le territoire». D’autres chantaient «les accords d’Oslo sont morts, le peuple d’Israël vit». Ces accords de paix avaient justement été sabotés par l’extrême droite israélienne, qui avait carrément assassiné le Premier Ministre israélien de l’époque.

Une grande carte était projetée, montrant des colonies prévues à la place de villes palestiniennes. L’idée martelée lors de ce meeting était «l’expulsion», c’est-à-dire la déportation, des palestiniens de Gaza. Ce qui, en droit international, est un génocide ou un nettoyage ethnique. Ce meeting démontre l’impunité absolue des fascistes israéliens quelques jours seulement après les alertes de la Cour de Justice Internationale sur les «risques de génocide».

Dès le mois d’octobre, le Ministère de l’Information israélien proposait un plan pour «déplacer» les habitants de Gaza. En décembre, un promoteur immobilier israélien proposait des lotissements sur les ruines de Gaza.

Ces fascistes ont des relais en France. Nili Naouri, avocate franco-israélienne qui était passée sur les télévisions hexagonales en octobre, s’est félicitée hier des «500 premières familles qui se sont inscrites pour retourner s’installer dans la bande de Gaza» tout en qualifiant la justice internationale «d’antisémite».


Pour des raisons qui ne sont plus rationnelles, la France continue de soutenir inconditionnellement ce régime illégal, messianique et génocidaire.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *