La candidate RN avait fait une prise d’otage

À gauche, Annie-Claire Bell, candidate RN ayant réalisé une prise d'otage.
À droite, Raphaël Arnault, candidat NFP fiché S parce qu'il est antifasciste.

Annie-Claire Bell est candidate du RN en Mayenne. Au premier tour des législatives, elle a réalisé un très gros score : 30% des voix. Elle a aussi été condamnée pour avoir pris en otage avec une arme la mairie de la commune d’Ernée, en 1995.

C’était le 6 janvier 1995 : celle qui n’était pas encore candidate pour le parti d’extrême droite était entrée dans la marie avec une carabine, pendant que son époux faisait le guet devant l’entrée. Elle avait alors pris en otage le secrétaire général de la mairie. Lors d’une empoignade, un coup de feu avait été tiré par l’arme d’Annie-Claire Bell.

À l’époque, la police était beaucoup moins violente, et la preneuse d’otage étant blanche, elle n’a donc pas été abattue par une brigade de police surarmée. Sa prise d’otage n’a pas été instrumentalisée de façon anxiogène pendant des semaines par les médias. Après son arrestations, le secrétaire de mairie pris en otage et la municipalité ne s’étaient même pas constitués partie civile contre elle. Et le RN, qui a fait de «l’insécurité» son fond de commerce, n’a pas eu de problème à la présenter comme candidate.


Raphaël Arnault est un militant de 29 ans, originaire de Lyon. Il s’engage depuis des années pour la cause antifasciste. Dans une ville où l’extrême droite a pignon sur rue et multiplie les violences. Il est candidat Front Populaire dans le Vaucluse. Les chaînes de télévision ont répété pendant des jours qu’il est «fiché S», comme si c’était un crime, et ont réclamé l’annulation de sa candidature.

Qu’est-ce qu’une fiche S ? Une fiche rédigée par un policier anonyme sans aucune valeur juridique ni légale. La plupart des gens qui ont milité pour l’écologie, la justice sociale ou contre le racisme ont une fiche S. Cette fiche n’est pas une condamnation, elle n’est pas sensée être publique. Et elle ne démontre rien d’autre que nous vivons dans un État policier qui fiche et surveille les opposant-es.


Devinez qui a été protégé par BFM et Cnews, et qui a été livré en pâture dans tout le pays, présenté comme une menace ? La raciste qui a commis une prise d’otage, ou le militant qui s’oppose aux fascistes ?


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

2 réflexions au sujet de « La candidate RN avait fait une prise d’otage »

  1. Bonjour Contre Attaque, La facho sphère, l’ensemble des partis politiques et les élections, ne sont qu’un théâtre de marionnettes bourgeoises et sous bourgeoises au milieu d’un desastre planétaire ou seuls les riches se régalent du crime économique et financier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *